La troisième Révolution, par Fred Vargas

 » Nous y sommes.

Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.

Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance. Nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s’est marrés.
Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.

Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse). Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Évidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix. On s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux. D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais. Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore  ».

Fred Vargas
Archéologue et écrivain

Joyeux anniversaire, Calamonique !

4 ans que j’ai ouvert ce blog (en comptant la première version sous wordpress :)), pour partager voyages, coups de cœur pour les yeux et les papilles (et aussi pour le fun !) et merveilles de dame nature.

Depuis que j’ai commencé mon nouveau job (il y a presque 2 ans), il tourne au ralenti… mais j’essaie de publier un article mensuel (même si ce n’est que la photo du mois).

Avec 120 000 pages vues par an, je suis tout de même fière de mon petit bébé digital.

En exclu : le top 5 des articles les plus consultés !

 

Lire la suite de « Joyeux anniversaire, Calamonique ! »

Rendez-vous à Bangkok dans un bar Licorne !

Je suis victime de la mode des Licornes, mea culpa, je kiffe.

Au point que je parade avec ma jolie bague au bureau qui me vaut des regards au mieux amusés… au pire atterrés. J’assume.

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un mari qui vous offre une bague licorne pour ses 6 ans de mariage, #hatersgonnahate <3.

Une photo publiée par Calamonique (@pioute) le

Alors quand 2 personnes de mon entourage m’ont envoyé cette news, je me suis dit qu’il était impératif de la partager au monde entier (parce que mon blog est LE média de référence dans l’univers. Oui Madame.) : un bar dédié aux fans des licornes a ouvert ses portes à Bangkok. Rien que pour ça, j’ai envie de prendre, là – maintenant, un billet pour la Thaïlande.

Au Unicorn Cafe, tout n’est qu’arc en ciel, paillettes, couleurs pastel et mauvais goût féérie: bref, un vrai endroit où on peut passer un bon moment à siroter un cocktail bizarre en mangeant un repas sorti tout droit du monde enchanté des petits poneys. Toute mon enfance.

Lire la suite de « Rendez-vous à Bangkok dans un bar Licorne ! »

Seriez-vous prêt à voyager dans un pays musulman ?

Ce n’est pas moi qui ai posé la question, mais Easyvoyage, le comparateur de voyages. Et OUF ! La majorité des français ne fait pas (trop) d’amalgames (ou alors, l’attrait du soleil est juste trop fort…) puisqu’après les tragiques attentats du mois de janvier à Charlie Hebdo, près de 64% d’entre nous sommes toujours prêts à partir dans un pays d’obédience musulmane.

voyager dans un pays musulman Lire la suite de « Seriez-vous prêt à voyager dans un pays musulman ? »

Loy Krathong : la fête des lumières en Thaïlande

Le 7 novembre (le soir de la pleine lune du 12e mois lunaire !), les Thaïlandais vont célébrer dans tout le pays la fin de la saison des pluies.

Pour honorer la déesse de l’eau qui dispense la vie tout au long de l’année, chacun fabrique un petit bateau en feuille de bananier – un « Krathong », généralement en forme de fleur de lotus – qui contient une bougie allumée en l’honneur de Bouddha, des fleurs et trois bâtons d’encens.

BouddhaSource : ZooverBouddha

Lire la suite de « Loy Krathong : la fête des lumières en Thaïlande »