Le jour où mon pôpa a atteint le sommet du Mont Blanc !

Certains affirment que si tu n’as pas de Rolex à 50 ans tu as loupé ta vie, mon pôpa son rêve c’était plutôt de grimper sur le toit de l’Europe occidentale ! Pari réussi l’an dernier, en passant par la voie classique.

Ascension du Mont Blanc

Départ dans l’après-midi : le Tramway du Mont-Blanc emmène jusqu’au Nid d’Aigle, à 2 362 m d’altitude.

L’ascension commence en direction du refuge de Tête Rousse – où on croise des parapentistes sur le point de décoller du glacier.

Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont BlancAscension du Mont Blanc

La montagne commence : on remplace les chaussures légères par les gros godillots d’alpinisme pour entamer la montée sur l’arête du Goûter qui passe par le tristement célèbre couloir éponyme, situé vers 3 340 mètres. Parfois surnommé le « couloir de la mort », il faut le traverser en courant, à cause des chûtes de pierres qui le ravinent. Ambiance.

Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont BlancAscension du Mont Blanc

Arrivée au Refuge du Goûter, le plus haut refuge de France, perché à 3 588 m d’altitude. A l’époque, le nouveau refuge n’était pas encore en service (il a ouvert le 28 juin de cette année) et les alpinistes pouvaient encore s’entasser dans la salle commune s’ils n’avaient pas réservés. Aujourd’hui, le nouveau refuge estampillé HQE (Haute Qualité Environnementale) accueille 120 personnes, et c’est tout. Pas de réservation, pas de dodo ! Et comme il est interdit de bivouaquer, cela permet de limiter la sur-fréquentation de cette voie d’accès au Mont-Blanc, qui devient problématique.

Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc

Après un repas convivial terminé au génépi pour les plus vaillants qui ont échappé au mal des montagnes – altitude oblige – et un très court dodo dans le dortoir au milieu des ronfleurs (donc pas de dodo, quoi…), réveil à 2h du matin pour le sommet 1000 mètres plus haut, en passant par le dôme du Goûter, le refuge Vallot et l’arête des Bosses. Les cordées avancent à la frontale, le temps est couvert, le vent souffle, il caille… mais quel bonheur d’arriver au sommet !

Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc

Le plus dur reste à faire : redescendre à Chamonix dans la foulée…

Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc Ascension du Mont BlancAscension du Mont Blanc Ascension du Mont Blanc

Mon papa, c’est le plus fort.

6 thoughts on “Le jour où mon pôpa a atteint le sommet du Mont Blanc !

  1. Wouaouh !!! Ça me fait peur et ça me fascine à la fois, la hauteur, la neige, les difficultés, un beau challenge que voilà (et plus classe qu’avoir une rollex héhé). Bravo à ton papa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *