L’Irlande en famille : de Glenveagh à Slieve League

L’avantage d’avoir des enfants, c’est qu’on peut être de bonne heure sur les chemins de randonnée, vue que le terme « grasse-matinée » a disparu de notre vocabulaire… (ou tout l’art de voir le verre à moitié plein !)

On se retrouve donc sous un ciel orageux (mais sans prendre une goutte de pluie !) dans le parc national de Glenveagh. 2 options s’offrent à nous : payer un bus de pimpins pour aller visiter le château éponyme, construit par un mégalo au 19e siècle sur les bords du lough Veagh – expulsant par la même occasion 224 habitants pour mieux profiter du paysage, ou prendre nos gambettes et profiter de la jolie vue pour nous y rendre.

Vous commencez peut-être à comprendre que pour nous, moins il y a de monde, mieux on se porte !

Résultat : nous voilà partis pour 3 km 500 le long du lac. C’est venteux mais très joli, et vu notre heure matinale, on ne croise que quelques joggeurs du cru.

On arrive par un jardin à l’anglaise bucolique à souhait, étonnant écrin de fleurs exotiques et d’arbres ornementaux. Ca tranche avec les abords bruts et sauvages du lough ! Puis on aperçoit un donjon crénelé : John Adair et son épouse, riches américains, ambitionnèrent de construire un plus beau château que celui de la reine Victoria à Balmoral.

Na na nère.

Le chateau ne se visite qu’accompagné, et les visites sont en anglais. On zappe donc cette partie qui aurait saoulé les enfants et on monte jusqu’au promontoire qui offre une jolie vue sur le chateau et ses abords (en cherchant une geocache au passage : vive la carotte pour faire grimper le grand jusque là !).

Le retour se fait par le même chemin qu’à l’aller, ça grognait un peu mais ça l’a fait. Possibilité de manger au visitor center : ce n’est pas de la grande cuisine mais il n’y a pas trop de choix dans le coin.

On prend ensuite le chemin des écoliers (la R 254 pour ceux qui passeraient dans le coin… look ci-dessous la super vue sur tout le loch Veagh !) pour descendre un peu vers le sud, admirer les falaises de Slieve League (Sliabh Liag pour les intimes). Avec 606m à leur point culminant, elles entrent dans le club très fermé des plus hautes falaises du monde !

La route d’approche est très jolie (dommage que certains (trop) choisissent d’y aller en voiture plutôt que de se garer sur le parking en bas, ça dérange les moutons et ça pollue l’air des promeneurs…), et quelle vue en arrivant au bout ! Ces falaises de roches grises qui se jettent dans l’océan Atlantiques sont spectaculaires, et offrent comme un air de bout du monde…

Il est possible de se balader sur les falaises, mais ce n’est pas recommandé avec des enfants ni quand le vent souffle (il n’y a pas de garde corps). Le sentier ne s’appelle pas le « One Man’s Path » pour rien !

Infos pratiques : 

On a dormi au Slieve League Lodge, qui propose des chambres proprette mais sans vraiment de charme. Ca a l’avantage d’être pas trop cher et hyper bien placé ! Au rez-de-chaussée, un pub relié au petit resto Cook’s Pantry qui sert quelques plats frais et des patisseries fait maison. Attention, il ferme à 20h !

Tout le voyage : 

   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *