Randévou an Gwadloup ! (Pardon my créole…)

Par la fenêtre de mon bureau, aujourd’hui, l’ambiance est plutôt morose… novembre toque à la porte avec son cortège de brume glaçante, d’ensoleillement minimal et de gens déprimés. Il faut dire tout de même que c’est un mois qui ne sert à rien ! Il fait froid mais on ne peut pas skier, on fête les morts et le ciel est tout bouché.

from my office

C’est bon, je vous ai bien mis le moral à plat ?

Allez hop hop hop, on se reprend ! C’est le moment d’aller faire un tour du côté des Antilles histoire de se mettre des projets dans la tête et de rêver devant des photos de plages paradisiaques où le soleil viendra délicatement réchauffer vos petits petons mis à mal par un port intensif de chaussettes (un ti’punch à la main).

On avait bien apprécié la Martinique il y 5 ans (déjà ??!!) : soleil, sable fin et randonnées à gogo… et dans mon open space, l’un de mes collègues Guadeloupéen est une pub vivante pour son île. Youp là boum, c’est parti : petit point « géographie » pour les cancres au fond près du radiateur.

La Guadeloupe se compose de 2 îles principales : la Basse-Terre et la Grande-Terre, séparées par un bras de mer qu’on appelle la Rivière Salée. Certaines terres proches comme Marie-Galante, les Saintes ou la Désirade sont rattachées administrativement à cette région d’outre-mer.

Sur l’île en forme de papillon, la température est douce tout au long de l’année… mais mieux vaut viser la saison sèche (de décembre à mai) pour ne pas risquer de se retrouver trempés de la tête aux pieds de manière totalement impromptue ! Pour info, on avait choisi Air Caraïbes pour partir dans cette période en Martinique, et on avait été satisfaits des tarifs et du service à bord (les repas étaient bons et j’adore la tenue des hôtesses ! ^^)

Guadeloupe

Sainte-Anne, sa plage de sable blanc et son lagon turquoise ; la Soufrière – fumerolles aux aguets – qui domine le paysage du haut de ses 1 467 m ; la forêt primaire, moite et luxuriante ; la pointe de la Grande-Vigie et ses falaises acérées… Gwada, c’est un concentré de diversité : volcans ou rase campagne, plages de sable noir blanc ou roux et randos ou plongée sous-marine : chacun peut y trouver son compte !

Guadeloupe

Guadeloupe

Guadeloupe

Soufrière Guadeloupe

Guadeloupe

Mais au-delà de ces images paradisiaque, la forte identité créole pimente (c’est le cas de le dire !) cette destination…

Alors que les premiers occupants de l’île se sont fait massacrer par les belliqueux Caraïbes – qui baptisèrent l’île « Karukera », soit « l’île aux belles eaux » (CQFD) – Christophe Colomb débarque tranquille mimile un beau jour de 1493, et décide de la renommer Guadalupe du nom du monastère royal de Santa Maria de Guadalupe en Espagne. Je vous passe les détails de la colonisation espagnole / anglaise / hollandaise pour en arriver aux français qui exterminent les amérindiens, pactisent avec les Caraïbes et importent des esclaves noirs par milliers. Cocorico.

Ces esclaves, arrachés à leurs pays et leurs coutumes ancestrales, sont notamment confrontés à des problèmes de langue et de vivre-ensemble : le créole en est la résultante ! Comme quoi, il y a toujours du beau au cœur des pages sombres de l’histoire…

Guadeloupe

Guadeloupe

Crédit photos : Lucas Moglia, UWI Seismic Research Center

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *